Face à la crise du COVID-19, la solidarité s’organise dans la restauration collective

Notre pays connait actuellement une crise sanitaire sans précédent. Toutes les équipes d’Akté sont fortement mobilisées pour sécuriser la santé de tous, collaborateurs, convives, clients et fournisseurs, tout en assurant la continuité de service que nous avons le devoir d’offrir à nos patients/convives, mais aussi au personnel soignant qui est très fortement mobilisé. « […] l’enjeu de maintenir l’activité alimentaire est essentiel », souligne Samuel Hervé, dirigeant d’Akté Services, dans une interview accordée à La Tribune. En ces temps difficiles, l’entraide et la solidarité sont essentielles, et devant la difficulté, de nouveaux modèles de fonctionnement émergent, de nouvelles solidarités se mettent en place.

Notre pays connait actuellement une crise sanitaire sans précédent. Toutes les équipes d’Akté sont fortement mobilisées pour sécuriser la santé de tous, collaborateurs, résidants, clients et fournisseurs, tout en assurant la continuité de service que nous avons le devoir d’offrir à nos patients/convives, mais aussi au personnel soignant qui est très fortement mobilisé. « […] l’enjeu de maintenir l’activité alimentaire est essentiel », souligne Samuel Hervé, dirigeant d’Akté, dans une interview accordée à La Tribune. En ces temps difficiles, l’entraide et la solidarité sont essentielles, et devant la difficulté, de nouveaux modèles de fonctionnement émergent, de nouvelles solidarités se mettent en place.

Pour assurer la continuité de service, la solidarité et l’engagement de chaque salarié prend tout son sens

C’est tout d’abord une nouvelle organisation du travail qui s’est très rapidement mise en place : les personnels des fonctions supports sont en télétravail, les cadres d’exploitation, en charge du suivi cœur de métier, ne pouvant plus se rendre sur site, sont passés en activité partielle mais assurent l’essentiel du suivi de leurs établissements via les moyens de communication modernes. Les collaborateurs de terrain, conscients de l’importance de leur mission de continuité de service, sont fortement mobilisés. Pour leur permettre de remplir leur mission, la garde de leurs enfants, concernés par le décret qui permet de les faire garder à l’école, s’organise. De leur côté, nos partenaires fournisseurs, durement touchés par l’arrêt de la restauration commerciale et scolaire, réorganisent leurs tournées pour assurer la continuité d’approvisionnement de nos établissements. Tout ceci s’est mis en place en un temps record grâce à l’engagement de tous qui est salué par de nombreux messages de nos clients qui nous disent leur gratitude au regard de notre présence et de notre soutien à leur côté.

La solidarité s’organise également au sein de la profession

Mais au-delà de la solidarité et de l’engagement des salariés et partenaires d’Akté, de nouvelles solidarités se mettent en place au sein de la profession. La direction d’Akté, craignant que cette crise ne s’inscrive dans la durée, réfléchit à une nouvelle gestion des compétences au niveau du territoire qui inclut la mise en place de collaborations avec ses concurrents habituels. « La logique, c’est de se dire que depuis une semaine, il n’y a plus de restauration scolaire puisque les écoles sont fermées », explique Samuel Hervé, codirigeant d’Akté, à la Tribune. « Il y a donc des compétences inutilisées. L’idée serait de créer des groupements d’employeurs de restauration collective pour assurer une continuité de service. La Direccte nous a confirmé que si ces salariés sont en chômage partiel, il est possible de leur faire un CDD puisque leur contrat de travail est suspendu. J’ai donc appelé Languedoc Restauration – qui emploie 250 salariés, dont 100 sont en chômage partiel aujourd’hui – pour qu’on fasse le point sur les compétences disponibles de part et d’autre et voir comment faire correspondre l’offre et la demande. Ça s’appelle de l’intelligence collective. En plus, cela permettrait de réduire l’addition de l’Unedic. » Un bel exemple de solidarité collaborative.

Pour en savoir plus :

L’article de la Tribune du 20/03/2020 : https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/entreprises/agroalimentaire/2020-03-20/covid-19-et-restauration-collective-comment-la-solidarite-peut-naitre-842869.html

lectus Aenean consectetur sem, efficitur. commodo at Curabitur eget nunc Donec mattis